lienlien
A venir.
lienlien
A venir.
lienlien
A venir.
lienlien
A venir.


Venez participer au soulèvement
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-28%
Le deal à ne pas rater :
-140€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
359.99 € 499.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Shūhei Hisagi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shūhei Hisagi

Shūhei Hisagi

Messages : 2
Date d'inscription : 02/05/2014

Shūhei Hisagi  Empty
MessageSujet: Shūhei Hisagi    Shūhei Hisagi  EmptyVen 2 Mai - 21:12







NOM PRÉNOM


 IMAGE DU PERSO 150*300
INFORMATIONS


ÂGE :
SEXE : ♂♀

DATE DE NAISSANCE :
LIEU DE NAISSANCE :
MAXIME PRÉFÉRÉE :
VILLAGE D'ORIGINE :

GRADE DEMANDÉ : (Genin Rang C max)
AFFINITÉS :
SPÉCIALITÉS :



CARACTÈRE





PHYSIQUE




Shūhei Nara : L'ombre vengeresse du clan Nara

On conte souvent le génie et l'honorable force du clan Nara. Respecté, c'est une caste de Konoha qui ne semble n'avoir jamais eu - au grand jamais - de secret sombre damné ! A l'instar des Hyuga c'est une famille très ancienne, avec sûrement tout autant d'histoires et de mystères que cette dernière. C'est un paradoxe, il y a de l'ombre dissimulé au plus profond des ombres... Mais nous y reviendrons plus tard !
Shūhei est un Junin flemmard comme on en retrouve pas deux au bureau général de la sécurité  intérieur. Assigné au poste d’enquêteur pour la prestigieuse police de Konoha, il est de ceux que l'on remarque tout de suite.... Par ses silences et sa paresse légendaire il laisse planer dans son sillage comme un brouillard de mystères. Pour cause, là ou ils travaillent tous, s’échinant à la tache, Shūhei lui préfère esquiver la paperasse, les enquêtes et le travail, comme on fuirai la maladie... Pourtant il est affaire de question sérieuse !
Le haut commissariat du village rassemble des ninjas de haut vole, tous plus habiles les uns que les autres. Mais dans les couloirs, quand la capitaine intime l'ordre à Shūhei de prendre en mains une affaire, c'est toujours les mêmes soupirs de désolations pour notre loque de service, les même messes basses pour ces chunins jaloux assignés à l'archive ou aux affaires de chats disparus et bien sur la même rengaine vengeresse beuglé avec hargne par la commissaire.
« M'dame, c'est pas une affaire à ma mesure ! Comprenez j'suis qu'un bleu moi !»
« Shūhei, si tu veux recevoir ta solde à la fin du mois, je te conseille de prendre cette mission en mains ! »  Le beau regard azuré de la belle, aussi séduisant soit-il en temps normal, n'inspire alors en cet instant, rarement matière à la contestation. Comme toujours le Nara se met donc de suite en branle, décidé à finir la besogne au plus vite. Plus tôt l'affaire sera bouclé, plus tôt il pourra roupiller... Et ça la capitaine l'a très bien comprise ! Confier un travaille à Shūhei c'est lui donner une remédiation équivoque et rapide, souvent dans l'heure. Sous ses airs ronchons, silencieux et mystérieux, l’intellect et la force de combat du trentenaire force le respect. Une anecdote fait d'ailleurs acte et mesure au commissariat. Shūhei à toujours un sabre à la hanche, mais personne n'a encore jamais vue l'éclat de sa lame. A dire net, personne ne l'a vue tout simplement dégainer son Katana. Un mystère de plus qui fait gronder les suspicions, les rumeurs et la cagnotte ! Et oui, vous apprendrez qu'ici, tout est matière à la mise, on pari sans vergogne et sans gène sur tout ! De quelle couleur est la lingerie fine du Capitaine, pourquoi Daïsuke est revenu avec un œil au beurre noir ce matin – sûrement sa femme, c'est une folle -  qui à voler le déjeuné gourmand de la jeune recru du clan Akimichi - notez que le commissariat à faillit être rasé ! - et surtout pourquoi Shūhei porte t-il un Katana sceller ?
Le quotidien tumultueux, quelque fois studieux, quelque fois railleurs et d'autre fois stressant du poste de Police de Konoha anime une famille courageuse ou chacun à sa place, c'est leur maison comme aiment à dire les Ninjas qui y travaillent... bienvenu dans le feu des enquêtes internes, bienvenu chez Shūhei Nara !

-Tit... Tit... Tit- Arf... Ce matin encore il faut bien que je traîne ma carcasse jusqu'au bureau ! Sans quoi le Chef du Clan va encore pester. Ma flemme en poche, je fais honte à la famille parait-il ! Depuis quant sérieusement se souci t-il de l'image du clan ? Trentenaire rouillé, célibataire et discret je n'ai jamais fait de vagues, ce n'est pas aujourd'hui que je vais changer mes habitudes. La bouilloire siffle sous le joug des flammes tandis que je m'affaire à moudre les graines exotiques de ce que, plus au sud, il appelle du « café » ! Le mélange me réveille et me serre, je ne vais pas vous mentir, de drogue contre la paresse matinale...
    Pourquoi je suis un enquêteur de police me direz vous ? C'est vrais que pour un adepte de la procrastination ce n'est pas la position idéale... Et bien figurez vous que l'on ne m'en a pas laissé le choix. Après la grande guerre il a était prévu un examen de réaffectation pour les tous les Junins encore vivant. L'examen comprenait, à l'époque ou je l'ai passé, un test d'aptitude et d'orientation. Selon vos résultats on vous assignez alors là ou vous étiez plus à même de réussir ! La police de Konoha recrutait - en cette heure de refonte -  et semble t-il j'avais toutes les qualités réflexives pour le job. Merde, c'était sans compter sur ma flemme légendaire ! Que l'on s'entende bien, j'ai d’abord refusé... Mais je vous jure que les chefs, qu'ils soient de village ou de clan, savent s'y prendre à merveille pour forcer la main. Homme de mains, je n'ai pas eu d'autre choix que de me plier au exigences, parait-il pour servir Konoha.
La guerre aura laissé son lot de blessures et les vétérans ont tous eu droit à une réaffectation utile et précise, dans le seule but de reconstruire une stabilité et une relance martial. Je ne vous apprend rien, vous connaissez la rengaine. Mais sans une police militaire autoritaire pour jouer du bâton en temps de crise, beaucoup aurai déserté !
On l'oublie trop souvent, mais selon votre grade, vous pouvez tirer un trait sur le droit à un procès. C'est la cour martial, civile, genin et chunin sont sous l'autorité juridique direct des policiers de Konoha ! Vous pesez la portance de ce pouvoir, on les enfermes sans jugement dès lors que l'on trouve ne serait-ce qu'un élément de preuve tangible. Bienvenu dans le monde cruel et autoritaire des armées shinobis.  Les Junins quant à eux, lorsqu'ils sont sous le joug d'une enquête, sont jugés devant le haut conseil du village... A nous d'apporter dès lors, devant la cour, une preuve de leur culpabilité. Quant aux Anbu, ils sont sous l'autorité direct de l'Hokage. Ils disposent donc à ce titre d'une immunité judiciaire totale... C'est effrayant, quant il est question d'abus des forces spéciales, rarement on nous laisse enquêter. Ces gens là préfèrent de toute façon laver leur linge sale en famille !
Bref, incarcérer et punir des Genins effrayés, qui après s'être confronté à la dur réalité du monde shinobi préfère renoncer ou déferrer des Junins, considéré criminel, parce qu'ils ont désobéis à un ordre direct supérieur... c'est le lot quotidien du poste de police. Pas forcement ce que j'aime faire, comprenez moi, c'est une politique autoritaire et despotique à laquelle j'aurai préférer ne pas m'associer. Heureusement, souvent les chefs d’équipe ne font même pas état des petits incidents du genre dans leurs rapports. Un Genin qui craque ça arrive tout les jours, et si il était question de les traduire tous en cour martial à chaque fois qu'ils répondent à leur chef d’équipe, il y aurait assurément plus de ninjas en prison que de ninjas en service.    
Ce matin, à mon bureau, c'est une jeune mère qui veut prendre sa retraite militaire et revenir dans le civile que je conseille. En pleure elle me fait part de son problème : « J'accouche dans six mois, je ne veux plus être ninja, je veux voir mon enfant grandir ! Mon époux est mort pour le village... Je ne peux pas que mon enfant soit un orphelin pour la cause shinobi ! » Lasse, je ne peux que soupirer devant le gouffre juridique qui se présente à elle. A Konoha, seul les Genin peuvent revenir à proprement parler dans le civile. Dès lors que l'on est Chunin on doit servir Konoha jusqu'à « une incapacité total d’exercice. » C'est partie, lançons nous dans une tirade juridique et administrative longue est fastidieuse. « Madame, je suis dans le regret de vous annoncer qu'il vous est impossible de retourner au statut de villageois-civil de Konoha. C'est le code du shinobi qui le stipule article 1, alinéa 9 : Seul les Genins, les ninjas gravement blessés au combat, les ninjas condamnés et révoqués de leur fonction, ceux dans une incapacité total d'exercice et les morts sont soulagés du poids de la fonction ninja. Dans ces conditions Madame, je vous conseille de demander le statut de réserviste. C'est une sorte de congé sans solde longue duré ! Aucune mission ne vous sera dès lors demandé tant que le village ne sera pas en guerre. Par contre vous ne pourrez pas sortir du village sans autorisation et vous devrez rester mobilisable et entraînée. C'est un compromis honnête... Mais si ce statut ne vous convient pas, il ne vous reste plus qu'un recours. L'Hokage dispose en effet d'une prérogative spécial. Il peut soulagé un ninja pour service rendu du statut de shinobi. Présentez alors une demande au bureau du Kage. Je préfère vous prévenir de suite, c'est un recourt qui n'aboutit presque jamais ! Comprenez, si c'était aussi simple de déserter, tout le monde rendrait les armes devant l'adversité. »
« Et je fais comment sans argent, le père de l'enfant est mort en mission ! »
« Le village continue de verser la solde du défunt à sa famille, jusqu'à la majorité du première enfant. »  […]
Je me suis improvisé expert dans la procédure juridique, a mi-chemin entre le policier et l'assistante sociale j'aide au quotidien, du mieux que je le peux, tous ses ninjas en difficultés ! Au service du nécessiteux, c'est ma manière de faire cessations avec le système ninja. Une manière très polie et légale de leur dire à tous, ces militaire rigides, d'aller se faire foutre ! Une façon d'être et de faire qui m'apporte et vaut d'ailleurs bien les foudres de certain de mes collègues. Cela sont très friands du bâton et du sadismes martial il faut dire. Les geôles de Konoha sont bien remplis grâce à eux, soyez en rassuré ! Maintenant vous comprenez mon aversion pour le travail, heureusement l'essentiel de mes collègues partagent mon état d'esprit, la capitaine y compris ! J'ai d'ailleurs à ce titre de vrais frères et sœurs au bureau, des gens honnêtes et courageux, des dames et des hommes de haute noblesses, avec des valeurs écrites en lettre d'or ! C'est malgré ma dégaine blasé un honneur de servir la justice. Un idéal nouveau, en profonde contradiction avec l’héritage passé.
Je vais éluder le passé, les mentalités changent et c'est tant mieux... Mais puisqu'il faut vous expliquer, sans rentrer dans les détails je vais vous dire... Les premières années ici, j'ai vue des horreurs comme rarement on en vois en dehors des champs de bataille. Au sortir de la guerre, j'étais un jeune vétéran usé qui n'aspirait plus qu'a la justice dans ce monde de brutes... malgré moi j'ai été pourtant le bras armé d'une police politique. Une police de terreur au sortir d'une guerre meurtrière, nous faisions régner le feu de la peur, il fallait que l'ordre soit tenu d'une main de fer inflexible ! Mon cœur, mes chaires... tous en moi suintaient alors des relents pestilentielles de cruautés. Un cadavre en marche, fossoyeur damné qui tue et maltraite sans pitié ! Heureusement, du chemin à passé.

Coucou, c'est moi Miki Yukido. Je suis greffière au département de police shinobi de Konoha. C'est une tâche de Kunoishi plutôt tranquille pour une fille qui ne l'ai pas du tout. Fraîchement promu Chunin j'ai passé l'examen d'admission pour la police. J'avais, je ne vais pas vous mentir, d'autre ambitions. J'aime l'action, le palpitant à 200 et l'adrénaline des enquêtes mordante, des crimes, des disparition et des désertions. J'aurai vraiment voulu devenir enquêtrice vous savez ! Pas grave, je passerai les examens internes, ma carrière ne fait que commencer ! Ici, de mon bureau je me console comme je peux avec les ragots. C'est moi qui tien la cagnotte et le cahier des mises. Vous savez, tout le monde pari au poste de police, même la commissaire... C'est un sport national, un vice génétique de flic ! On veut tout savoir, sur tout et dans les moindres détails. Il n'y a qu'un seul flic qui ne joue pas, c'est Shūhei ! Un Junin plutôt respecter au bureau. C'est un vétéran de la dernière guerre. Les balafres qu'ils porte au visage attestent pour lui d'un passé agité, mais au vue de son age - tout juste la trentaine - il a du connaître les champs de batailles très jeune...  Flemmard et plutôt mystérieux, son coté blasé et introverti fait d'ailleurs monté la côte des paris qui le concerne. A titre d'exemple, la rumeur qui prétend qu'il flirt avec la capitaine à fait monter la cagnotte à plus de 3000 ryo. Vous vous rendez compte, c'est ce que touche comme solde un Junin enquêteur ! Il est Sexy dans ses kimonos... Oui oui, c'est pas le genre à porter le gilet de protections standard de Konoha. Mais personne ne lui fait la remarque, jamais, c'est pourtant réglementaire ! Y a des passes droits quand on fait parti du haut gratin, et ça m'énerve... Moi aussi j'aimerai mettre de jolies robes pour aller au travaille, comme la commissaire ! Y a mieux que l'uniforme ninja pour être sexy, vous me le concéderez.
Comme je vous le disais, je suis la greffière. On vient donc me remettre les rapports de missions et d'enquêtes... Vous seriez impressionné par les fautes et la calligraphie très approximative de certain. Comment ces grosses brutes ont pu obtenir l'examen d'admission ?! Heureusement il y les filles pour relever le niveau, elles au moins elles savent écrire. Mon job c'est de rédiger un contre-rendu des dépositions, des interrogatoires et des décisions. Enfin, je rassemble les éléments de preuves à charge mis évidence par les enquêteurs et je rédige une sorte de grosse dissertation juridique avec dedans la décision des enquêteurs et du commissaire. C'est le document officiel que tous les parties doivent signer à la fin, c'est ce qui restera au archive publique et qui servira de jugement... alors il faut que ce soit impeccable ! Tout ça pour en revenir à ce gars, vous savez Shūhei Nara ! Ce mec passe son temps à roupiller sur son bureau, pourtant quand il me rend ses rapports, je prend de suite la mesure de son talent. C'est un malin comme il n'y en à pas deux. Une vrais tête d'ampoule... Pourtant au vue de sa gueule on aurait d'avantage parié sur un ripoux, plus proche du Yakuza brutal et hébété que du flic intègre et professionnel ! Toujours est-il que ses rapports sont bigrement bons. Personne ne juge son travail, faut dire qu'il ne laisse pas l'occasion de s'en plaindre. Quand il fait quelque chose, il le fait vite et bien. Le tout c'est d'arriver à le sortir de sa torpeur... ça la capitaine sait faire ! C'est sacrement drôle, quand ces deux là s'embrouille, on dirait bien un vieux couple qui cris et jure plus pour la forme que pour le fond. C'est mignon de le voir soupirer puis obéir devant madame. Sous ses airs ronchons c'est un policier en qui on peut avoir confiance, très à cheval sur le respect, l'honneur et la justice il est toujours près à répondre à mes question juridique... C'est un fin connaisseur du protocole administratif ! Rarement à cran, alors que tout le monde stress et affiche une mine colérique devant les pourritures de tout le pays que l'on nous amène chaque jour, lui affiche presque tout le temps un comportement impassible. Une tempérance que je ne l'ai vue perdre qu'une seule fois. C'était un jour de pluie, il à pris son service comme tout les jours avec une sieste dès 9h du matin, un rituel qui insupporte tout le monde. 10h, on lui à ramène à son bureau un mari violent. Plongé dans un sommeille profond c'est à moi qu'est revenu la tâche de réveiller le ninja.  La déposition est agité, attablé au coté de Shūhei, je gratte mot pour mot ce qui ce dit, c'est mon job après tous.
Le prévenu justifie et trouve légitime de cogner sa femme quand celle-ci se permet de le réprimander sur ses manières après une longue journée de travail. « J'étais pénard sur le canapé, et là elle vient me crier dessus. Retire tes bottes embourbé à la porte elle m'dit ! Merde je ramène le steak à la maison, c'est son job à elle de faire le ménage ! Rien à foutre moi...»  Pédagogue et clément comme toujours, Shūhei c'était alors résolu à donner une leçon moral et d'étique au rustre.  « Les hommes ne viendraient pas au monde sans les femmes... Et la plupart d'entre eux n'arrivent à rien sans une femme à leurs côtés. Même les femmes les plus imbuvables montrent de la gentillesse envers l'homme qui a su les séduire. Madame n'est pas un objet, vous auriez du vous déchausser avant de vous affaler sur le canapé. Elle vaut mieux qu'une bonniche réduite à faire le ménage derrière vous ? » « Nan, elle vaut pas mieux que ça, c'est qu'une truie ! »  L'instant d'après le bureau était briser en deux, et le crane du prévenu ressemblait dangereusement à une pastèque brisé, noyé dans son jus rouge sang, les pépins en guise de chaire éparpillé à tout va...
« Connard, j'vais t’enterrer de mes mains, tu vas voir l'effet que ça fait de ce faire cogner !! »
J'ai rarement vue un déchaînement pareil de violence, tout le commissariat à du s'y mettre pour maîtriser Shūhei. L'immobiliser dans une tel accès de colère, sans le blesser c'était comme stopper un loup enragé qui fond sur sa proie.
Dans le coma depuis, le prévenu à faillit mourir, ce qui à valus six mois de mise à pied pour le policier. On se demande bien comme il a fait pour ne pas être révoqué après une telle bavure... Mais l'incident fut néanmoins riche d'enseignement, depuis ce jour, nous avons tous compris pourquoi et comment un gamin de 17 ans peut rester en vie sur les champs de batailles, simplement en se laissant aller à la rage la plus total !



(c) CREDIT fiche - Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
 

Shūhei Hisagi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Uprising Rpg  :: PRÉSENTATIONS :: Présentations :: Présentations en cours-